Texte à méditer :  La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas.   CONFUCIUS
Image au hasard

Randos

Fermer 0) Cartes

Fermer 1) Alimentation

Fermer 2) Matos

Fermer 3) Régles de sécurité

Fermer 4) Trucs en vrac

Fermer ALPES - GR5

Fermer CHARTREUSE - GR9

Fermer COMPOSTELLE - GR65

Fermer OISANS - GR54

Fermer PYRENEES - GR10

Fermer QUEBEC - Route Verte 2

Fermer QUEYRAS - GR58

Fermer VERCORS - GR91

Vous êtes d'ici aussi !
ALPES - GR5 - JOUR 09
9e jour – 25 juin 2005
 
Bien mauvaise fut la nuit occupée à tourner et retourner dans le minuscule espace vital pour trouver la meilleure position faisant le moins mal au dos. Le décor extérieur a sans doute apporté son concours à la mauvaise qualité du sommeil. Peu avant sept heures, je quitte cet endroit d’où émane un véritable sentiment d’étouffement et de malaise. A hauteur du Champ du Messin, en contrebas de la route une guérite en pierre abrite l’appréciable fontaine Beschtein, baptisée du nom d’un membre du club vosgien.
 
 
 

 
 
 
 
L’itinéraire du jour n’est pas déplaisait puisqu’il serpente en sous-bois ou clairière, sur un sol souvent rendu souple par une agréable nappe d’aiguilles de pins. Majoritairement plat ou en faux plat, le dénivelé n’est nullement insurmontable et s’apparente plus volontiers à une promenade familiale dominicale, accessible à tous. Il est donc pour moi contrebalancé par une distance significative à parcourir. Les panneaux métalliques indiquent bien les directions. Trop souvent cependant le balisage sur les arbres est moins présent alors que certains carrefours nécessiteraient une signalisation sans faille.
Comme depuis le départ de Wissembourg ou presque, je semble seul à randonner, seul sur les sentiers et chemins d’Alsace, tant les rencontres sont peu fréquentes. Certaines aussi brèves soient elles ravissent de bonheur comme ce petit lièvre surpris dans la boucle du sentier, assis sagement à grignoter les pousses d’une jeune fleur.  
Le Champ de Feu, si l’on excepte toute nomenclature militaire omniprésente dans cette partie meurtrie du territoire, doit sans doute son nom aux multitudes de fleurs qui en égayent le plateau de leurs couleurs et senteurs estivales.
Arriver au village de Hohwald plus qu’une satisfaction s’apparente à une délivrance. Au village, trouver le camping et du camping, passer sous la douche. Pénétrantes et décrassantes ablutions à l’eau chaude, somptueux baume guérissant des aléas multiples de cette aventure pédestre. Aux étapes le soir, je fais parfois de mon mieux pour me rafraîchir avec un fond d’eau rescapé. Cinquante centilitres dans le meilleur des cas, insuffisants pour une hygiène totale.
Douche, rasage, lessive, me voilà propre comme un sou neuf grâce à cette première douche en neuf jours !
Jusqu’à la maison forestière de Welschbruch, le sentier se contente docilement de suivre la route à quelques mètres près. Cette proximité du goudron n’annihile pourtant pas la vie sauvage car une petite vipère sort la tête d’un trou d’eau à même le sentier. Plus loin, dans un évasement de sous-bois, un jeune renard est surpris entrain de sautiller autour d’une invisible proie. Trois ou quatre bonds d’une élasticité de danseur étoile lui font gagner le fourré.  
Certains segments du GR ont un caractère « montagneux » où se conjuguent à merveille dénivelé et isolement. Aujourd’hui, le grand livre d’histoire s’est ouvert entre le Struthof et les vestiges du mur païen matérialisant l’accès à la forêt du Mont Sainte Odile. De ce Mur on sait très peu de choses, qu’il daterait du VIIIe siècle avant Jésus-Christ et constituerait le plus important monument préhistorique d’Europe. Reliquat d’une enceinte de dix kilomètres délimitant une surface de cent hectares apte à la protection de la population celte et du bétail.
Des tombes mérovingiennes ensevelies sous une forêt dense ajoutent au mystère.

Vestiges du mur païen

 
D’autres mystères plus macabres encore suscitent la curiosité de promeneurs, puisqu’une femme me demande si je sais où se trouve le lieu du crash de l’Airbus…
Le 20 janvier 1992, un Airbus A-320 à destination de Strasbourg s’écrasait sur la Bloss, une colline située à moins d’un kilomètre du Mont Sainte Odile. Quatre vingt sept morts, neufs rescapés et les causes de l’accident encore indéterminées aujourd’hui.
Bien envie de l’envoyer visiter le Struthof celle-là, pour terminer d’assouvir son indiscrétion déplacée.
 

 
 
Pénétrer dans le couvent du Mont Saint Odile, à l’architecture de grès rose matinée d’austérité et de beauté, suscite quelques doutes. Si ce n’était les chapelles, statues religieuses, vitraux et jardins sobres, on pourrait penser que cet harmonieux édifice posé comme la proue d’un navire échoué sur une arête saillante dominant la vallée est passé sous la férule de Disney. Plus de comparaisons possibles avec le monastère de la Grande Chartreuse pour lequel j’ai un attachement certain. Les émanations graciles et aériennes d’encens sont remplacées par l’odeur âcre de friture. Bars, glaces, boutiques de bibelots, pièces commémoratives et jumelles à utilisation minutée ont pris le pas sur l’essentiel puisque le Mont Saint Odile n’est plus qu’un vaste champ de foire hôtelier. A quand les manèges et la barbe à papa ?
 

 
Tel un petit animal sauvage que je commence à devenir, je regagne un peu déçu le protecteur manteau de la forêt, trouve de l’eau à une source et vais bivouaquer quelques hectomètres avant les ruines du château de Landsberg.
Pas de nouvelles ampoules à déplorer, signe que les pieds se font à la marche et à ses adjonctions brutales.
.

Date de création : 18/12/2007 @ 14:26
Dernière modification : 22/07/2008 @ 10:58
Catégorie : ALPES - GR5
Page lue 3241 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
  Membre: 0

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 5

Total visites Total visites: 319358  

Record connectés:
Record connectés:Cumulé: 168

Le 01/06/2012 @ 06:46


Webmaster - Infos
Vous êtes ici !
^ Haut ^