Texte à méditer :  S’il n’y avait pas de montagnes, les plaines n’apparaîtraient pas.   CHINOIS
Image au hasard

Randos

Fermer 0) Cartes

Fermer 1) Alimentation

Fermer 2) Matos

Fermer 3) Régles de sécurité

Fermer 4) Trucs en vrac

Fermer ALPES - GR5

Fermer CHARTREUSE - GR9

Fermer COMPOSTELLE - GR65

Fermer OISANS - GR54

Fermer PYRENEES - GR10

Fermer QUEBEC - Route Verte 2

Fermer QUEYRAS - GR58

Fermer VERCORS - GR91

Vous êtes d'ici aussi !
ALPES - GR5 - JOUR 44
44e jour – 3 août 2005 (+17 de Thonon)
 
Cette quarante-quatrième journée de marche se voit placée sous le signe du Queyras, vallée plus que massif, où se juxtaposent avec merveille et ravissement la quintessence des paysages alpins. Une journée entière à savourer goulûment les forêts de pins ou l’abondance des mélèzes qui l’automne venu parent la région des couleurs flamboyantes généralement symboliques de l’été indien au Canada
Le parcours en Queyras ressemble à une addition des plus primaires mais à la somme de dénivelé encore appréciable :
 
M + / = parcours du jours en Queyras !
 
 
 
D’abord un « M » magistral pour gagner le petit piton fortifie de Château-Queyras, faire jonction avec le col Fromage et descendre sur le typique village de Ceillac. Ultime sursaut pour abattre le très honorable « / » sentier jusqu’au lac Miroir…
 
Les premiers milliers de pas matinaux permettent de découvrir le lac de Roue (1854 m), bordé par une sage et aérée forêts de beaux mélèzes d’où émane une véritable sensation de bien-être et de tranquillité. Mis à part le lac qui semble inévitablement s’étioler dans ses joncs, algues et herbes flottantes de couleur indéterminée, le cadre est idyllique pour assouvir de petites promenades en famille. Plein nord, les crêtes minérales plongent leur reflet depuis de lointaines hauteurs altières. Une heure tout pile est nécessaire pour avoir une vue plongeante et finalement atteindre le bourg de Château-Queyras. Le sentier part dès lors en la magnifique forêt de mélèzes et se met à zigzaguer en d’incessants et brutaux lacets qui terminent d’altérer la fougue des promeneurs les plus endurcis venant goûter la fraîcheur du lac. En 2003, comme ces promeneurs que nous croisons, j’avais parcourus les cinq cents mètres de dénivelé positif en quarante minutes. Au vu de la pente phénoménale, je me demande encore par quel exploit cela s’est produit, alors que sans trop m’attarder, il me faut aujourd’hui une heure pour descendre à bonne allure !!!  
-          Vous venez de Thonon, c’est bien ça ?
Le carnet de route ouvert sur le guichet du bureau de poste, la factrice et son chef spécialement appelé pour l’occasion détaillent les différents tampons récoltés.
-          Parce qu’on en voit passer quelques fois des gens qui font le GR à pieds.
-          Oh non, c’est écrit Wissembourg…
-          Oooooooooh…
Le receveur de ce tranquille bureau de poste sagement adossé à la gendarmerie me témoigne son admiration avant de retourner dans son bureau aux vitres grillagées. 
La vingtaine de maisons composant la commune de Château Queyras (1350 m) s’étire de part et d’autre de la route principale menant au pied du gros cône de pierre édifié au XIIe siècle et remanié par l’illustre Vauban. Les ardoises bleues des tourelles et toitures répondent avec harmonie aux drapeaux qui bien haut claquent au vent. 
 
 
Peu d’animation et peu de passage. Une petite via ferrata installée contre les berges du Guil soulève quelques frayeurs et adrénaline aux touristes ravis qui, en file indienne malhabile remontent le cours d’eau sur de bien maigres margelles métalliques. Sans doute n’avait-on pas imaginé du temps de Lesdiguières, pareille méthode d’exploration pacifique de ce goulet prépondérant à l’époque.
La longue, très longue ascension jusqu’au prochain col Fromage révèle de part ses paysages changeants les trois principales strates du milieu montagnard. Jusqu’aux cabanes de Pré Premier (1760 m) ce n’est que succession de forêts ou bois plus ou moins denses en surplomb d’un petit ruisseau gargouillant de vie. Le deuxième étage atteignant les 2230 m se fait plus hétéroclite, mêlant à merveilles les pâturages vallonnés aux bois clairsemés et premiers mélèzes. Au milieu de nulle part, dans un petit vallon parsemé de vaches ruminantes, une antique cabane couverte entièrement de bois, à peine plus grande qu’une maison de poupée pourrait symboliser à elle seule la carte postale du Queyras : belle montagne, architecture et paysages dans une luxuriance de couleurs végétales dignes d’un bouquet offert par la grâce des Dieux. Peu après une petite fontaine taillée dans le tronc d’un arbre vermoulu, le sentier stabilise son dénivelé, les arbres se font plus rares, les alpages disparaissent progressivement et le panorama reprend ses droits légitimes. Reste plus qu’un long faux plat allant cap au sud sur le col Fromage (2301 m).  
 
 
Du col au nom si appétissant pour le randonneur affamé, la vue est quasi circulaire sur l’étendue environnante qui s’étire en de longues et successives dentelles ciselées. Derrière nous, plein nord, les montagnes semblent barrer l’horizon en quatre ou cinq herses de minéralité se voulant infranchissables. Sous l’horizon sud, les pics de la Font Sancte (3385 m) attirent irrésistiblement tels des néons étincelants, annonciateurs de la suite du périple avec à leurs pieds le splendide lac naturel de Sainte Anne et le venté col Girardin (2700 m).
 
 
Pour l’heure, la descente du col Fromage, méthodiquement reboisée de fort nombreux plants de mélèze raffermie les sols qui en 1957 connurent de terribles éboulements. Des barrières de bois interdisent définitivement de couper dans les raccourcis et préservent ainsi l’intégrité des sols et la sécurité des hameaux en contrebas. Il est primordial en de telles circonstances de respecter le tracé de sentier et de ne pas s’aventurer à couper pour quelques mètres prétendument gagnés.
L’entrée dans le traditionnel petit village de Ceillac intervient moins d’une heure après.
Salués par une antique croix typique du Queyras qui arbore sculptés les principaux symboles de la Passion du Christ (couronne d’épines, coq, deniers, clous, etc.) nous entrons dans Ceillac (1639 m), particulièrement animé. Tous les commerces utiles et nécessaires au randonneur sont heureusement présents ici. De l’indispensable jusqu’au superflu chacun trouvera son bonheur. A commencer sans doute par la visite incontournable de l’église Saint Sébastien. Datée du XVIe siècle, cette église marque par ses couleurs pastel et son clocher ou du moins le campanile qui la couronne. Les six cloches apparentes sont suffisamment rares dans l’architecture religieuse pour dénoter du conformisme et satisfaire l’œil curieux. Le cadran solaire de 1739 et les fresques de la chapelle racontent la vie de Saint Sébastien. 
 
 
Le gros gîte d’étape des Baladins, ou les deux terrains de campings adossés à la route D60 menant au Pied du Mélézet sauront satisfaire le plus grand nombre. Certains comme moi souhaiteront profiter d’une nuit au bord du lac Miroir. Il est 19h03, le panneau indique le lac à 2h30 de marche ! Inconcevable de mettre autant de temps. En mettant les bouchées doubles, en trouvant encore la ressource nécessaire en fin de journée pour grimper les six cents derniers mètres de dénivelés positifs, je mets une heure tout pile pour atteindre le lac. Excellent chrono s’il en est ! D’autant que la première partie du parcours monte abondamment à l’assaut de la falaise, sur un sentier de pierre assez raide mais sans danger. Ensuite, le sentier se fait plus large, passe en sous-bois et franchit un bon torrent où je recommande la prise d’eau.
 
 
Le lac de Prè Soubeyrand ou lac Miroir (2287 m) est niché derrière une dernière éminence bosselée de verdure et de joncs. Une bonne forêt fait tampon avec les hautes crêtes des Veyres (3057 m) derrière lesquelles le soleil bien vite se réfugie.
La température baisse immédiatement, le chant des oiseaux se fait plus rare, hésitant.
La nuit viendra bientôt.

Date de création : 14/02/2008 @ 09:23
Dernière modification : 22/07/2008 @ 11:06
Catégorie : ALPES - GR5
Page lue 3059 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
  Membre: 0

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 3

Total visites Total visites: 330164  

Record connectés:
Record connectés:Cumulé: 168

Le 01/06/2012 @ 06:46


Webmaster - Infos
Vous êtes ici !
^ Haut ^