Texte à méditer :  Le sage donne son principal soin à la racine.   CONFUCIUS
Image au hasard

Randos

Fermer 0) Cartes

Fermer 1) Alimentation

Fermer 2) Matos

Fermer 3) Régles de sécurité

Fermer 4) Trucs en vrac

Fermer ALPES - GR5

Fermer CHARTREUSE - GR9

Fermer COMPOSTELLE - GR65

Fermer OISANS - GR54

Fermer PYRENEES - GR10

Fermer QUEBEC - Route Verte 2

Fermer QUEYRAS - GR58

Fermer VERCORS - GR91

Vous êtes d'ici aussi !
2) Matos - Gourde
Gourde
 
A la création du monde, Dieu inventa la gourde en peau de chèvre permettant de boire à la régalade une eau pas toujours fraîche
et empestant le bouc…
 
A l’âge de bronze, il décréta que les récipients devraient être en métal bien lourd et devaient se déformer au moindre choc.
 
Puis vint l’ère contemporaine et l’apparition du pétrole et de ses dérivés.
Là, Dieu créa la gourde souple en plastique, dit que c’était bien et content de lui, se reposa !
 
Une gourde souple est vraiment ce qu’il y a de plus fonctionnel pour transporter de l’eau, la garder fraîche et boire sans trop se fatiguer. Plus besoin de s’arrêter, de s’arque bouter pour poser votre sac qui pèse comme un âne mort. Tranquillement sise contre le dos, à l’abri de la chaleur et du soleil, l’eau demeure continuellement fraîche. Grâce à la pipette il est dorénavant possible de boire quelques gorgées fréquentes, sans s’arrêter ni avoir à enlever le sac. La gourde souple a libéré le randonneur du joug infâme de la soif !
 
Plusieurs contenances variables, de 1 à 3 litres.  
 
Poids : environ 100 grammes.
 
Prix : 20 à 30 euros.
 
Un inventeur en mal d’idée plus urgente à même conçu une gaine isolante pour la pipette permettant d’avoir de l’eau fraîche dès la première gorgée, évitant le réchauffement du au soleil ou que l’eau n’y gèle.
Coûte peu ou prou le même prix que la gourde souple !
 
Personnellement j’utilise une gourde souple de marque « ornithorynque » en français, de 3 litres qui permet une autonomie et un rayon d’action plus conforme. A cela s’ajoute systématiquement une bouteille en plastique (50 cl et jusqu’à 1,5 litre selon la région), histoire d’accroître les réserves. Utile lorsque s’enchaîne une longue journée sans eau à un bivouac lui aussi sans une goutte, soit 12 à 24 heures à tirer la langue…
Par ailleurs, une petite bouteille en plastique de 25 misérables centilitres est d’un secours précieux lorsque le remplissage de la gourde souple est mal aisé, dans des trous d’eau ou sur des rochers ruisselants.  
 
Il existe aussi un système de pipette adaptable spécialement sur le goulot standard des bouteilles en plastique. Une formule hybride un peu bizarre mais qui peut trouver preneur ?
 
Si vous vous servez encore d’une gourde en métal qui a survécu aux évolutions technologiques ( !!!) et que celle-ci est toute bosselée, vous pouvez lui rendre sa forme originelle en la remplissant presque à raz bord et en la plaçant au congélateur quelques heures. Sans fermer le goulot bien sûr. Ainsi elle retrouvera sa contenance de base.  
 
N’oubliez jamais de boire, pas forcément beaucoup mais souvent et par tout climat.
Lorsqu’il fait chaud évidemment, mais aussi par basse température comme en hiver.
Le froid assoiffe plus sûrement que la chaleur.
 
Boire un petit coup c’est… 
 

Date de création : 13/03/2008 @ 19:44
Dernière modification : 13/06/2008 @ 11:15
Catégorie : 2) Matos
Page lue 5161 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
  Membre: 0

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 2

Total visites Total visites: 325009  

Record connectés:
Record connectés:Cumulé: 168

Le 01/06/2012 @ 06:46


Webmaster - Infos
Vous êtes ici !
^ Haut ^