Texte à méditer :  L’homme de bien situe la justice au-dessus de tout.   CONFUCIUS
Image au hasard

Randos

Fermer 0) Cartes

Fermer 1) Alimentation

Fermer 2) Matos

Fermer 3) Régles de sécurité

Fermer 4) Trucs en vrac

Fermer ALPES - GR5

Fermer CHARTREUSE - GR9

Fermer COMPOSTELLE - GR65

Fermer OISANS - GR54

Fermer PYRENEES - GR10

Fermer QUEBEC - Route Verte 2

Fermer QUEYRAS - GR58

Fermer VERCORS - GR91

Vous êtes d'ici aussi !
COMPOSTELLE - GR65 - JOUR 32
Jour 32 – 27 avril 2009 – chemin de Compostelle (+ 17 jours du Puy)  
 
De Lectoure à Condom (gîte)
 
Départ du gîte de Lectoure à 8h10 et 10°C. Si j’étais parti à 8h30, y aurait-il eu 30°C ?!!!
Très bon gîte sympa et accueillant avec un puit de lumière. Dommage de ne pas pouvoir y consulter internet. Dès la sortie de Lectoure sous un ciel gris mais « encourageant », le premier sentier est boueux et augure mal de la journée à venir. Tous les sentiers de la journée seront boueux, soit environ un tiers du parcours. Au plat, on patine, on glisse, ça botte sous la semelle comme de la neige et on a vite la détestable impression de s’alourdir : les pieds ont du mal à se soulever et les bâtons pèsent comme des massues. On perd l’équilibre pour un rien, même au plat et c’est très vite énervant. Les quelques portions de route sont les bienvenues. Le village de Marsolan, atteint en un peu moins de deux heures se refuse à ouvrir son église aux visiteurs. Dommage. Eau à proximité. La boue et la gadoue se conjuguent avec disgrâce pour éterniser le chemin. On passe des plantations vallonnées de pruniers, on tourne et vire sans savoir où l’on va, sans même savoir situer le village de la Romieu, qui, comme tant d’autres se laisse découvrir à la dernière minute, au détour du chemin. Belle vue sur les tours de la collégiale même sous un ciel couvert qui a du mal à tourner au bleu. Je reste environ quatre heures dans le village de la Romieu, le temps de passer à table notamment.
Petit resto sous les arcades. Menu à 17 euros avec petit verre de Jurançon en supplément. Le patron m’offre une belle tranche de foie gras maison, de la longueur de la main, pour accompagner le vin blanc. Visite de la collégiale. Tarif réduit (3,80 €) pour les pèlerins munis d’une crédencial, ou à défaut comme moi, d’une ribambelle de tampons sur un joli livre de voyage à la couverture de cuir pesant au bas mot 680 grammes. Comparé à celui de Moissac le cloître ici apparaît bien modeste. Le corbillard qui y est entreposé, additionné à la météo maussade distille de la morosité à tout va. L’intérêt de la visite se situe dans l’église aux larges vitraux monumentaux et dans la tour que l’on gravit grâce à un étroit escalier de pierre. Il est déjà bien tard lorsque je quitte la Romieu, car il reste encore 2h30 de route et de sentiers boueux et bien dégueulasses à travers les vallons jusqu’à Condom. Je suis le balisage dans les rues et une habitante m’indique gentiment la direction du gîte, sans que je n’aie rien demandé :
-         Oui, c’est par là, à deux cents mètres, un grand portail en fer !
Merci bien pour tant d’amabilité et de clairvoyance. Effectivement, le gîte d’étape communal de Condom se trouve dans les locaux d’une ancienne école remaniée et accueillant diverses structures et associations. Au deuxième étage, au fond du couloir, c’est le gîte avec deux dortoirs, un bon coin cuisine et des sanitaires. Là, je retrouve mon copain Willy et prend la dernière place de libre dans le dortoir, juste à côté de lui. Les choses sont bien faites ! Aucun des autres randonneurs connus n’est là.
Pour une fois il fait très chaud dans le gîte. Baro : 993 Hpa.
Le reste des places est occupé par un groupe d’une dizaine de randonneurs sexagénaires bien moins aguerris que Willy et moi. Lorsque nous leur disons venir de Lectoure, ils sont stupéfaits, car eux ont fait l’étape sur deux jours, avec une pause à la Romieu. Demain ils vont se réveiller à six heures, pour un départ prévu à huit heures et n’aller qu’à Montréal du Gers. Willy et moi échangeons des sourires entendus car cela fait beaucoup de remue-ménage pour pas grand-chose. Montréal n’étant qu’à quatre heures maximum ! Je les vois préparer de biens petits sacs de rando : autour de trente litres seulement.
-         Vous comprenez nous avons deux sacs. Un petit pour le pique-nique et l'autre avec nos affaires, dans la fourgonnette qui nous accompagne.
Willy se retourne précipitamment sur son lit pour ne pas éclater de rire. Plus difficile pour moi ! Un autre randonneur solitaire est allongé là depuis au moins trois jours, contraint par une vilaine tendinite. Lui aussi espère arriver jusqu’à Compostelle. M’est avis qu’il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus pour la destination finale.      
Demain, à priori destination Eauze, seulement.           
Je commence en effet à calquer mes étapes sur celles de Willy, car il vraiment très sympa, nous rigolons bien aux étapes et retrouver un visage connu est réconfortant.
 
Durée effective de marche : 6h30  
 
 

Date de création : 02/07/2009 @ 10:29
Dernière modification : 02/07/2009 @ 10:29
Catégorie : COMPOSTELLE - GR65
Page lue 2298 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
  Membre: 0

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 4

Total visites Total visites: 319696  

Record connectés:
Record connectés:Cumulé: 168

Le 01/06/2012 @ 06:46


Webmaster - Infos
Vous êtes ici !
^ Haut ^