Texte à méditer :  Ayez de la haine pour le péché et de l'amour pour le pécheur.   GANDHI
Image au hasard

Randos

Fermer 0) Cartes

Fermer 1) Alimentation

Fermer 2) Matos

Fermer 3) Régles de sécurité

Fermer 4) Trucs en vrac

Fermer ALPES - GR5

Fermer CHARTREUSE - GR9

Fermer COMPOSTELLE - GR65

Fermer OISANS - GR54

Fermer PYRENEES - GR10

Fermer QUEBEC - Route Verte 2

Fermer QUEYRAS - GR58

Fermer VERCORS - GR91

Vous êtes d'ici aussi !
QUEYRAS - GR58 - JOUR 8

Jour 8 – Lundi 27 juillet 2009 – Tour du Queyras – GR58

 

De la bergerie de Péas à Pré Premier.

 

 

Pas eu froid cette nuit sous la tente. Pas plus que nécessaire en cette saison. Départ à la fraîche et dans l’ombre en direction de Château Queyras, sur la large piste carrossable. D’abord le petit hameau de Rouet, puis celui des Meyries, un peu plus important. Cabine téléphonique à carte mais hors service. D’ici la place forte de Château Queyras est en vue, en contrebas, sans aucune possibilité de se tromper ! Pour descendre, le sentier utilise maintenant un balisage jaune (petite randonnée, sentier de pays) au départ de l’ancienne chapelle. Il coupe plusieurs fois la route et atteint les hauteurs du village à travers le bois. Là, à deux pas du château, une fontaine « toute équipée » avec un lavoir. Il fait beau et chaud, allons y pour une petite lessive suivie d’une toilette approfondie.

Pas de distributeur de billets à Château Queyras, qu’on se le dise !

Déambulation rapide dans les ruelles, passage à l’office du tourisme et repos au petit café sous le château. Bon accueil. Repas gastronomique :

-          Assiette du randonneur (très copieuse)

-          Pizza

-          Coca

-          Glace Magnum

14,40 euros. Raisonnable. Néanmoins il me semble que la baisse de la TVA promise par les restaurateurs est passée à l’as ?...

 

Les vêtements quasi secs, le ventre plein, le plus dur reste à faire : quitter l’ombre apaisante de Château Queyras pour monter à l’ascension du lac de Roue. Nous voici sur le GR5 (grande traversée des Alpes). J’ai effectué à deux reprises au moins l’itinéraire et connais donc le dénivelé attendu. Avec la chaleur écrasante et le pas lent du randonneur qui sait qu’il en termine de sa marche, il faut compter 1h10 de grimpette. Après le lac de Roue qui n’a pas changé (toujours cet aspect de marécage bientôt asséché), je compte basculer sur Briançon par le même itinéraire qu’à l’aller et en terminer de cette belle randonnée dans le Queyras. Pause au minuscule hameau des Maisons, où l’eau du bassin est glaciale, à l’opposé de la chaleur qui plombe l’atmosphère et tape sur la tête. Four banal avec clocher, comme à Brunissard.

Une quarantaine de minutes sur le sentier latéral permet de contourner Arvieux par le haut à travers la très belle forêt de mélèzes et d’arriver à la Chalp. Nouvelle pause d’une heure à l’ombre, le temps de voir grimper et s’échiner les cyclistes en direction du col de l’Izoard. Remonter aussi le bitume pour revenir à Brunissard en vingt minutes et finalement ce n’est qu’en début de soirée, à la fraîche que je remonte à Pré Premier, planter ma tente pour la seconde fois. Même endroit qu’il y a six jours, juste devant ce gros rocher à l’entrée du champ, sensé couper la brise.

Moi qui avais toujours rêvé de passer une nuit à Pré Premier, je suis doublement exhaussé, quel bonheur !

Demain grimpette au col des Ayes, pour voir si par hasard le reste de névé a fondu depuis la semaine dernière et descente « tout schuss » sur Briançon et rentrer à la maison.

 

 

 


 

 

Conclusion :

 

-          Belle randonnée que ce tour du Queyras, sur le GR58.

-          Pas fait de variante. Très beau temps d’ensemble et paysages souvent changeants d’une vallée à l’autre. Je suis très heureux d’avoir fait l’itinéraire dans ce sens précis (hasard total !), car cela m’a permis de franchir les obstacles difficiles dans le sens de la montée et non en descente, toujours moins aisé.

-          Autonomie totale durant les cinq premiers jours, puis ravitaillement au petit bonheur.

-          Nuits toutes en bivouac dans la nature.

-          Un seul regret : ne pas avoir vu de chamois ou de bouquetin. Il n’y en aurait pas dans le Queyras ou très peu et seulement du côté du col d’Urine, m’a-t-on dit. A vérifier. Aperçu des marmottes à foison dans presque tous les alpages. Mais dix marmottes n’auront jamais la prestance d’un seul bouquetin.

-          Bon balisage général (peinture et panneaux très présents).

-          Sentiers en très bon état.

A votre tour maintenant d’aller vérifier tout cela, de vous émerveiller devant la beauté des paysages, l’immensité des panoramas et profiter du calme bienfaisant que procure la montagne.

 

              


Date de création : 28/02/2010 @ 15:51
Dernière modification : 28/02/2010 @ 15:51
Catégorie : QUEYRAS - GR58
Page lue 2391 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
  Membre: 0

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 5

Total visites Total visites: 319358  

Record connectés:
Record connectés:Cumulé: 168

Le 01/06/2012 @ 06:46


Webmaster - Infos
Vous êtes ici !
^ Haut ^