Texte à méditer :  Agis avec gentillesse, mais n’attends pas de reconnaissance.   CONFUCIUS
Image au hasard
compostelle0016:
Randos

Fermer 0) Cartes

Fermer 1) Alimentation

Fermer 2) Matos

Fermer 3) Régles de sécurité

Fermer 4) Trucs en vrac

Fermer ALPES - GR5

Fermer CHARTREUSE - GR9

Fermer COMPOSTELLE - GR65

Fermer OISANS - GR54

Fermer PYRENEES - GR10

Fermer QUEBEC - Route Verte 2

Fermer QUEYRAS - GR58

Fermer VERCORS - GR91

Vous êtes d'ici aussi !
ALPES - GR5 - JOUR 23
Jour 23 – 9 juillet 2005
 
 « Brouillard le matin, la pluie n’est pas loin »
.
Cette petite citation personnelle germée au fil des kilomètres passés dans le Doubs trouve aujourd’hui encore substance à l’évidence. Pas très beau, pas très chaud dans ce champ de bouses. Les pieds déjà englués d’une boue sans doute endémique, je gagne le petit village de Montbenoît. Capitale d’opérette de la République du Saugeais, le village de cent cinquante âmes peut néanmoins s’enorgueillir de posséder une magnifique abbaye et église des XIIe au XVIe siècles ainsi qu’une superbe statue équestre coiffant le frontispice de l’édifice. A l’intérieur du porche, un vitrail attire le regard. Un poilu allongé sur un sol meurtri tend une main implorante à un ange drapé de divine compassion. Emouvant hommage au sacrifice inutile de générations entières. A côté s’égraine dans le marbre des siècles la litanie des pauvres couillons que des politiciens planqués ont envoyé verser leur sang. Le Vieil Armand en miniature. Alors devant ce vitrail dénotant des pieuses images religieuses traditionnelles, me revient à l’esprit des scènes d’un film.
 
 
Le Pantalon, d’Yves Boisset.  Dans ce film poignant, Vadeck Stanzack incarne un soldat discipliné et courageux, qui pour avoir refusé de porter le pantalon souillé d’un mort se verra selon la logique militaire absconse condamné au peloton d’exécution… 
Au plafond, sur le rebord d’une corniche, deux hirondelles ont dressé un nid et pépient à qui mieux mieux.
Plus près de toi mon Dieu !
Le facteur intercepté dans sa tournée, confirme la présence de nombreux colissimo à la poste ce matin. Sans doute y en a-t-il un pour moi. C’est un peu Noël quand je déballe le précieux paquet parental devant le bureau de poste. Outre de lourdes victuailles, le trésor est là : une couverture de survie qui s’avérera bien indispensable dorénavant pour isoler la tente et préserver chaleur et étanchéité. J’avais fait l’impasse dessus en préparant le sac à dos. Erreur fatale face aux agressives conditions climatiques du Doubs !  
 
 
J’en étais là de mon déballage à même le sol lorsqu’un jeune homme d’allure sportive se présente à moi. Blond, de bonne carrure et jovial. Il me demande si je vais à Compostelle ! Lui en a bien l’intention. Pas tout de suite. Dans deux ans, le temps de faire le point, de se préparer, de prendre aussi un congé sabbatique puisqu’il pense en avoir pour trois mois. La solitude morale lui pèse déjà plus que la distance ou les difficultés de la route et il espère trouver en moi un peu de conseils et d’expérience. Nous papotons à bâtons rompus une bonne demi heure et ce passionné de rando finit par dire qu’il est aussi bénévole à la FFRP en tant que baliseur des sentiers locaux. Il fait mention de nouvelles règles de balisage instaurant dorénavant des dimensions officielles aux rectangles de couleur, inscrit à l’INPI, excusez du peu ! Le balisage sera bientôt plus petit, moins visible et donc cause de nombreuses mauvaises directions si on s’entête à n’en mettre pas plus et plus souvent… Lors de la traversée des Pyrénées, il me revient que vers SuperBagnères, dans la combe de Hounts Secs, le balisage sur les rochers était aussi gros que la semelle d’une chaussure, visible à plusieurs centaines de mètres et cela conférait un bien appréciable sentiment d’assurance et de tranquillité. Avec du balisage gros comme des crottes de mouches, accrochez vous pour le débusquer dans le feuillage dense ou sous les pierres. Tous les balisages présents en France devront adopter la norme officielle sous trois ans. Nous convenons que cette lubie de col blanc parisien n’est ni indispensable ni habile.
Les deux premières heures du GR5 sont sans grand intérêt qualitatif. Monter, descendre dans les champs ou sous-bois, au milieu des hautes herbes trempées ou des bouses éparpillées. De la campagne basique, rien de plus. Le sac est si exceptionnellement chargé de victuailles que certains faux plats peu pentus pourraient passer pour de vrais cols tant la peine y est avérée ! Qu’en sera-t-il dans les Alpes ?!  
 
 
Passage au milieu de hameaux isolés, dispersés et sans plus d’attrait, tous frontaliers. Aux Alliés, un cheval malingre paît tout autour d’une maison un peu kitch et contre les murs de laquelle s’entasse un bric-à-brac de récupération hétéroclite. De temps à autres, le cheval regarde aux carreaux dans l’espoir vain d’apercevoir un geste d’affection de la part du propriétaire bien peu conformiste. En face, la fontaine du village et son eau tout aussi « non potable » qu’ailleurs est néanmoins rafraîchissante.
Comme souvent ou presque, la pluie se met à tomber. De 13h à 14h pour la rincée quotidienne. Histoire pathétique de tous les jours. Mais connaissez-vous cette légende-ci ? :  
Le sire de Joux voulait marier ses trois filles très belles mais qui tentaient les cœurs de tous les prétendants du voisinage. Voyant défiler trop de prétendants et beaux partis refusés constamment et mal à propos par ses filles trop coquettes et capricieuses, de guerre lasse, il annonça qu’elles seraient la récompense d’un tournoi. Peu de chevaliers se présentèrent, échaudés par la réputation des jeunes filles auxquelles ils avaient eu à faire en vain. Trois mauvais et vilains bonshommes remportèrent le droit d’épouser les filles du sire de Joux. Le jour des noces, elles apparurent voilées, remplacées par des servantes ! Les futurs époux fous de rage leur donnèrent la chasse en direction de Pontarlier jusqu’au défilé des Entreportes. Au moment de les prendre dans leurs bras, il ne restait plus que trois statues de pierre, encore visibles aujourd’hui sous le nom de « Dames des Entreportes », en souvenir des belles Loïse, Berthe et Hermance…
 
 
A partir des Entreportes la petite route goudronnée prend de l’altitude à travers de pittoresques alpages où déambulent paisiblement une centaine de vaches éparses et éprises d’une soudaine liberté. De multiples passages de clôtures souvent électriques apportent un zest de punch lorsqu’on les frôle d’un peu trop près !
Le plateau recèle deux ou trois belles granges et cabanes qui en ces jours d’intempéries à répétition feraient d’appréciables abris si le ciel sonnait prématurément la fin de la marche.
Le fort inférieur du Larmont dévoile bientôt le château de Joux perché à cinq cents mètres de là, sur un rocher escarpé surplombant la célèbre cluse de Pontarlier, passage entre Besançon et la Suisse. Le château de Joux fut le lieu de détention de plusieurs dizaines de personnages célèbres au long de l’histoire. Prisonniers de guerre, d’opinion ou politique. Parmi eux un dénote fortement puisque emprisonné sur ordre express de son père ! Mirabeau, alors jeune aristocrate désoeuvré et endetté, trop galant homme pour n’aimer qu’une femme délaisse la sienne pour les autres. Son père le fit d’abord enfermé au château d’If mais le bougre réussit à séduire l’épouse du cantinier ! Le Marquis de Mirabeau obtint pour son fils une autre pension bien moi ensoleillée et l’envoya en 1775 au château de Joux, méditer à d’autres sentiments. 
 
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et sous ma tente
Faut-il que la pluie vienne
L’humidité est toujours là, chienne !
 
 

Date de création : 10/02/2008 @ 10:57
Dernière modification : 22/07/2008 @ 11:01
Catégorie : ALPES - GR5
Page lue 3137 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
  Membre: 0

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 4

Total visites Total visites: 333952  

Record connectés:
Record connectés:Cumulé: 168

Le 01/06/2012 @ 06:46


Webmaster - Infos
Vous êtes ici !
^ Haut ^