Texte à méditer :  Agissez envers les autres comme vous aimeriez qu’ils agissent envers vous.   CONFUCIUS
Image au hasard
chartreuse149: Cabane de l'Alpette et le Granier
Cabane de l'Alpette et le Granier
Randos

Fermer 0) Cartes

Fermer 1) Alimentation

Fermer 2) Matos

Fermer 3) Régles de sécurité

Fermer 4) Trucs en vrac

Fermer ALPES - GR5

Fermer CHARTREUSE - GR9

Fermer COMPOSTELLE - GR65

Fermer OISANS - GR54

Fermer PYRENEES - GR10

Fermer QUEBEC - Route Verte 2

Fermer QUEYRAS - GR58

Fermer VERCORS - GR91

Vous êtes d'ici aussi !
ALPES - GR5 - JOUR 50

50e jour - 9 août 2005 (+23 de Thonon)

.De Saint Dalmas de Valdeblore (granges de la Chanarie) au gîte d’étape du Boréon

Aujourd’hui et encore moins qu’un autre jour, la précipitation n’est de rigueur. L’objectif du jour est simplement d’atteindre le gîte du Boréon dans l’après-midi. Peu de distance par rapport à d’autres étapes et seulement le col du Barn (2452 m) à gravir. Rien donc de délicat ni dangereux !
On pourrait presque appeler cela une « semi journée de repos ! »
Départ encore tardif à 8h40, avec à nouveau des doigts un peu engourdis par le froid qui sévit dans cette combe à l’ombre. 8°C seulement. Le sentier remonte la combe en sous-bois puis sort enfin au doux soleil dans la prairie. Quelques fleurs multicolores forment tapis dans l’alpage entre les restes nombreux d’arbres morts. 1h30 pour atteindre le col de Veillos (2194 m) qui n’est qu’une espèce de butte herbeuse, carrefour obligé pour des destinations supérieures. Encore une petite heure pour gagner le col du Barn, point culminant de la journée et presque déjà mi parcours. Un large sentier parfois pierreux y mène sans plus de soucis, au milieu de trois lacs d’importance modeste. Le lac Gros, qui termine de vivoter à quelques pas du col semble voué à disparaître tant son niveau me parait bas. Je suppose qu’il a même un peu baissé par rapport à 2003. Pas de marmottes ni de chamois. On entre pourtant ici dans le Parc du Mercantour. Le paysage est toujours aussi beau, même si à l’automne, il en ressort des couleurs exceptionnelles tenues cachées à l’œil du randonneur estival. Quelques centaines de mètres de vieux barbelés rouillés démantelés, attendent tranquillement en surveillant les abords du col, à deux pas du sentier montant en direction du Mont Pépoiri et d’une pointe proche d’où le panorama doit merveilleusement englober l’horizon. 
De l’autre côté du col du Barn, la végétation prend le pas sur le minéral. Des mélèzes et autres feuillus, de la végétation d’alpage, plus bas un torrent et des aires de bivouacs moelleuses font du versant Nord une retraite plus heureuse. 20°C à midi.  
1h15 pour descendre dans les différentes terrasses vallonnées jusqu’à atteindre les larges bâtiments de la vacherie du Collet. L’immense toiture de bois traditionnelle m’enchante toujours autant. J’ai beau faire des pauses relativement importantes (55 minutes au col du Barn et 35 minutes à la vacherie du Collet), j’ai du mal à me forcer à marcher doucement afin de ne pas arriver trop tôt au Boréon ! Je suis un peu tiraillé entre l’envie de profiter encore un peu de la nature, du calme et du soleil qu’elle prodigue, face à la fatigue qui me pousse imperceptiblement à avancer, pour arriver enfin, poser le sac, me reposer et dormir ! Cinquantième jour de marche en solo aujourd’hui et les forces s’amenuisent indéniablement.
Je n’en ai encore jamais fait autant. La fatigue commence perfidement à prendre le pas.
Le col de Salèse effacé sans trop de difficultés sur une route goudronnée (!!!), s’amorce la descente en sous-bois vers la Terre promise, le gîte d’étape du Boréon.
Arrivé à 15h52,… juste pour le goûter ! Epuisé tout de même puisque beaucoup de vilaines pierres ont pris un malin plaisir machiavélique à venir glisser sous le pied, mal aux épaules également depuis quelques jours.
Allez, courage, plus qu’une petite semaine de rando et on se baigne dans la Méditerranée !
Pas l’envie de faire une lessive ce soir, ce sera pour demain et ma longue journée intégrale de repos. Beaucoup de monde ce soir au gîte. Un groupe d’une grosse dizaine de randonneurs italiens, d’autres randonneurs du troisième âge plus calmes, des plus jeunes aussi. Nous sommes environ 24 ce soir.
Au menu : soupe épaisse et un peu tiède, pommes de terre et morceau de porc bien gras, fromage blanc accompagné de confiture pour le dessert.
Je préfère opter pour la compote plus à mon goût.
 
A ma table, un randonneur solitaire d’une cinquantaine d’années originaire des Pyrénées et un couple du Centre de la France. L’un fait « Modane-Menton » et les autres « Larche-Tende » sans aller jusqu’à la mer. Hérésie ! On parle bien sûr de la randonnée, du GR et de ce qui nous attend pour les jours suivants. Agréables conversations au milieu du brouhaha italien.
 
 
5h32 de marche effective.

Date de création : 17/06/2008 @ 15:15
Dernière modification : 17/06/2008 @ 15:17
Catégorie : ALPES - GR5
Page lue 3994 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
  Membre: 0

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonyme en ligne: 1

Total visites Total visites: 350562  

Record connectés:
Record connectés:Cumulé: 168

Le 01/06/2012 @ 06:46


Webmaster - Infos
Vous êtes ici !
^ Haut ^