Texte à méditer :  Une injustice n’est rien, si on parvient à l’oublier.   CONFUCIUS
Image au hasard
queyras096: Panoramique au col mystère !
Panoramique au col mystère !
Randos

Fermer 0) Cartes

Fermer 1) Alimentation

Fermer 2) Matos

Fermer 3) Régles de sécurité

Fermer 4) Trucs en vrac

Fermer ALPES - GR5

Fermer CHARTREUSE - GR9

Fermer COMPOSTELLE - GR65

Fermer OISANS - GR54

Fermer PYRENEES - GR10

Fermer QUEBEC - Route Verte 2

Fermer QUEYRAS - GR58

Fermer VERCORS - GR91

Vous êtes d'ici aussi !
COMPOSTELLE - GR65 - JOUR 09
Jour 9 – 4 avril 2009 – chemin de Compostelle
 
De Faramans à un champ avant Surieu
 
Très très belle journée de rando au départ de Faramans. Belle par la météo avec certes un ciel voilé mais ensoleillé, et belle journée par la distance parcourue. Apparemment les pieds iraient mieux, font « un peu » moins souffrir, à moins que ce ne soit la courte journée d’hier qui ait redonné un peu d’énergie ?
Parti à 8h25 de Faramans, à travers les champs embrumés de vapeur matinale. Un peu plus d’une heure est nécessaire pour traverser les labours et en terminer avec l’ascension de la colline faisant socle au petit village de Pommier de Beaurepaire (470 m), tel un oppidum perché. A l’entrée du village, un panneau indique que l’église est ouverte aux pèlerins de 9h à 17h. Nous allons donc y passer après avoir fait un saut au bureau de poste. L’employée tamponne sans sourciller, elle a l’habitude, car par ici passent surtout les suisses et les allemands. Environ 2.000 pèlerins par an selon les différentes sources recueillies.
-          Oui, oui, donnez-moi votre bouteille, c’est moi aussi qui les remplit, j’ai l’habitude !
En guise de remerciement, je lui donne un autocollant de Compostelle. Elle le pose sur un calendrier mural à l’aide d’un trombone.
-          Je le mets là et on pensera à vous…
L’église du village a de quoi séduire : elle est ouverte, il n’y fait pas une température glaciale, il flotte une délicate odeur d’encens et les vitraux sont pour la plupart assez jolis. Passage près de la table d’orientation à la sortie du village, rendue inutile du fait de la brume et s’offre près d’une heure de balade en sous-bois ou au milieu des champs : un plaisir pour les pieds et le moral. On distingue sans difficulté la monumentale tour de télécommunications blanche et rouge qui jaillit derrière le village de Primarette. L’itinéraire va globalement décrire un arc de cercle pour s’en approcher à peu de distance par la gauche. A l’aplomb du village de Revel Tourdan (420 m), un panneau d’information du GR65 retrace l’itinéraire du chemin de Compostelle entre Genève et le Puy. Le balisage dans ce petit village décrit une espèce de grand « S » parfois long et fastidieux au randonneur pressé. On passe ainsi devant tout ce que compte le bourg de vieux bâtiments historiques. Pour qui ne veut pas s’arrêter là, la « visite patrimoniale » est superflue et pourtant il faut bien suivre le balisage. La suite du parcours impose énormément de goudron pour aller franchir la ligne TGV. Dans un hameau, plantée à côté d’une maison dépotoir, tourne et vole une belle éolienne aux ailes blanches. Le balisage conduit à côté et fait prendre le goudron de la côte de l’Hôpital. Le randonneur assoiffé serait avisé, même s’il est fatigué, de poursuivre le sentier 250 m environ après le château d’eau. Là, au lieu-dit « Le Bornet – 438 m » un sommaire rendez-vous de chasseurs coiffé d’un toit et de trois ou quatre bancs accompagne une fontaine à manivelle bienvenue en ces heures pré caniculaires. D’où vient cette eau, est-elle traitée ? Comme le disait Confucius :
« si tu as soif bois. Mais si tu n’as pas soif, ne bois pas ! »
De là, la piste carrossable en plein cagnard amène au hameau de Bellegarde. Fatigué, je cherche un endroit tranquille pour me reposer. Voici un panneau indiquant la chapelle de la Salette à 500 mètres. Allez, encore un effort pour grimper là-haut. Pas de banc, peu d’ombre. Un autre panneau mentionne « le château – 500 m ». C’est reparti pour un tour ! Ce château là en décevra plus d’un car il ne s’agit que d’un carrefour dans la campagne. Dernière chance : à 500 mètres encore, voici la table d’orientation. Le panorama voilé laisse seulement voir le fond de vallée totalement quelconque mais pas la Chartreuse ou le Vercors, massifs familiers dont l’observation même fugace m’aurait apporté plaisir et encouragement. Un petit bois d’une vingtaine d’arbres procure une ombre fraîche et providentielle en cet après-midi digne des heures les plus chaudes de juillet. Quel contraste saisissant avec les jours passés à Champagne par exemple, à grelotter sous la pluie. Mais je ne m’en plains pas, préférant au contraire marcher sous la chaleur que dans l’humidité. Une bonne heure de pause dans la brise fraîche permet de quitter les chaussures et de se reposer. Allongé sur le dos, le monde pourrait s’arrêter, je suis si bien ! Je me donne encore 1h30 de marche tranquille pour avancer et surtout trouver un terrain plat pour passer la nuit. La tenue des pieds est en amélioration, alors je marche doucement pour savourer le doux soleil déclinant sur cette route invariablement plane. D’abord goudronnée puis en terre, on serpente enfin dans le bois se laissant simplement guider par les petites étoiles.
Tout juste après la croix de Pierafey, un immense champ à la culture naissante sonne la fin de la marche. Tout à l’extrémité, près de la mini tour de chasseurs, je plante enfin la tente et m’allonge en regardant la lune qui luit dans le ciel encore étincelant de bleu. Le prochain village (Surieu) ne doit pas être loin car j’entends distinctement l’église et des voitures. Demain est un autre jour qui devrait nous permettre de franchir une dernière fois le Rhône et de quitter le département de l’Isère pour celui de la Loire.
 
16°C sous la tente à 21 heures.
Si toutes les journées de rando à venir pouvaient être aussi bien menées que celle-ci !      
 
Au moment où je pose modestement le récit de cette neuvième journée de marche sur le carnet, allongé sous la tente à écrire à la lueur de la frontale, surviennent des bruits dans le bois. Des branchages cassés, des feuilles piétinées… sortant du bois et traversant à découvert l’immense champ cultivé où je vais dormir, un sanglier s’élance et slalome de bonheur avant de disparaître dans le bois opposé. Il est 21 heures, la nature reprend possession des lieux…  
 
Durée effective de marche : 7h33
 
Merci à Aude et son mari pour l’hébergement impromptu et surtout au petit Axel pour son joli cahier d’école qu’il m’a fait découvrir avec soin et méticulosité !
 

 

 

 

 


Date de création : 13/06/2009 @ 16:14
Dernière modification : 13/06/2009 @ 16:48
Catégorie : COMPOSTELLE - GR65
Page lue 2695 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
  Membre: 0

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 4

Total visites Total visites: 333952  

Record connectés:
Record connectés:Cumulé: 168

Le 01/06/2012 @ 06:46


Webmaster - Infos
Vous êtes ici !
^ Haut ^