Texte à méditer :  Il dépend de chacun d’être parfaitement vertueux.    CONFUCIUS
Image au hasard
oisans144: Le lac d'Etoile
Le lac d'Etoile
Randos

Fermer 0) Cartes

Fermer 1) Alimentation

Fermer 2) Matos

Fermer 3) Régles de sécurité

Fermer 4) Trucs en vrac

Fermer ALPES - GR5

Fermer CHARTREUSE - GR9

Fermer COMPOSTELLE - GR65

Fermer OISANS - GR54

Fermer PYRENEES - GR10

Fermer QUEBEC - Route Verte 2

Fermer QUEYRAS - GR58

Fermer VERCORS - GR91

Vous êtes d'ici aussi !
COMPOSTELLE - GR65 - JOUR 39
Jour 39 – 4 mai 2009 – chemin de Compostelle (+ 24 jours du Puy)  
 
D’Ostabat à Saint Jean Pied de Port (gîte)
 
J’ai bien aimé le petit gîte d’Ostabat, dans cette vieille maison traditionnelle conservée en l’état, avec de belles poutres et un plancher craquant. Bonne literie mais oreiller trop mou, comme souvent. Dernière journée de rando, Saint Jean Pied de Port n’est qu’à une vingtaine de kilomètres, donc pas nécessité de se presser. Nous allons y aller molo ce matin en considérant qu’il s’agit d’une journée détente, destinée à profiter des dernières heures de marche, pour admirer les paysages du pays basque. Le plafond nuageux bas prodigue un crachin persistant qui n’entame en rien le moral. Quarante-cinq minutes sont nécessaires pour aller à Larceveau à travers des routes vicinales ou de petits sentiers, entre belles maisons typiques, fermes et troupeaux de moutons au pré. Au-delà du village, encore quelques maisons typiques sur des routes secondaires tranquilles, puis au niveau d’Utxiat, le sentier est à proscrire par temps de pluie. Tient, il pleut un peu justement !
Le sentier en retrait de la route, sur les hauteurs de la colline, sans aucune difficulté devient laborieusement praticable avec la gadoue. On glisse au plat, on patine, on avance à pas comptés et cela pèse sur les cuisses qui n’ont rien demandé. A choisir, mieux vaut ici emprunter la route D933 qui dispose, sur la gauche, d’une large bande d’un bon mètre destinée au pèlerin ou cycliste ? Très utile, pratique et sécurisant pour tenir les véhicules en respect et marcher presque en sécurité. Une bifurcation dans la campagne donne accès au tout petit village de Gamarthe, qui, à l’image de tant d’autres précédemment ne se laisse découvrir qu’à la dernière minute. Poursuivons tranquillement sur le goudron en passant devant le fronton de pelote. Un chien dirige seul, dans la rue principale un troupeau de vaches normandes. Au hameau de Mongelos, un beau panneau directionnel indique Saint Jean Pied de Port. Ligne droite de plus d’un kilomètre, et au détour d’un bosquet d’arbres bien verts : Lacarre, cent habitants et « village étape » presque à mi parcours. Plus que 8 kilomètres et nous touchons au but.
Pause au café Pottok, le temps de se réchauffer, de boire et manger. Le patron a repris l’affaire depuis huit mois à peine. La discussion est chaleureuse et le sandwich bon. Le reste de la route est sans intérêt sur le goudron. 1h15 pour arriver enfin à Saint Jean Pied de Port par la route et à la gare SNCF. Achat du billet retour. L’unique petit train assurant la liaison depuis Bayonne arrive et déverse un flot de randonneurs et de pèlerins tous neufs, tous frais et tous propres. Ils prennent tous en photo le nom de la gare en français et en basque, sur la façade ou le quai. Je me réserve de faire pareil demain matin ! Office du tourisme pour un tampon standard et la halte pèlerins pour un tampon jacquaire. Véritable usine à gaz grouillante, à l’accueil brouillon. Descente au bureau de poste pour un tampon daté et enfin le gîte d’étape, rue d’Espagne, près de l’église. Douche brûlante et repos tout l’après-midi. Belle demeure ancienne à l’escalier de chêne et au parquet craquant. Promenade dans la vieille ville, montée à la citadelle, panorama sur les collines voisines. Déambulation tranquille afin de me mettre au diapason des touristes. Pizza géante dégustée sur un banc en regardant les nuages défiler lentement.
Belle balade que ce gr65, surtout au début entre le Puy et Conques. Beaucoup de pluie et de boue ces derniers jours, ce qui a gâché un peu les choses, mais je ne regrette pas cette balade sans aucune difficulté. A refaire ? Non, il y en a tellement d’autres en attente, différentes et plus belles. Demain, ce sera le train qui m’extirpera des Pyrénées, tandis que tous les autres y pataugeront pour rejoindre vaille que vaille Roncevaux et basculer en Espagne.
 
Ultréia !        
 
Durée effective de marche : 3h43  
 
 

 

 

 

 

 

 


Date de création : 05/07/2009 @ 08:36
Dernière modification : 05/07/2009 @ 08:36
Catégorie : COMPOSTELLE - GR65
Page lue 2801 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Connexion...
  Membre: 0

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 4

Total visites Total visites: 333952  

Record connectés:
Record connectés:Cumulé: 168

Le 01/06/2012 @ 06:46


Webmaster - Infos
Vous êtes ici !
^ Haut ^